[Aller au menu]

Transmission et pneumatique

Pont avant suspendu photo Loïc Pasdois

I. Transmission

La transmission n’a cessé d’évoluer. Les premiers tracteurs étaient équipés d’une transmission rudimentaire possédant uniquement trois vitesses et la marche arrière. Les changements de vitesse nécessitaient l’arrêt complet du tracteur. Dans les années 1970 est apparu les boîtes de vitesse synchronisées sur les tracteurs agricoles. Cette évolution technologique a simplifié le changement des rapports de vitesse.

Attelage Bobard photo L. Pasdois

Transmission hydrostatique

Il s’agit d’une transmission « automatique » puisque le système remplie le rôle d’embrayage et de boîte de vitesse. Son principe de fonctionnement est relativement simple. Le moteur thermique (ou éléctrique) génère une énergie rotative qui entraîne une pompe hydraulique volumétrique. Cette dernière transforme l’énergie mécanique (produite par le moteur) en énergie hydraulique, permettant l’animation des moteurs hydrauliques.

II. Pneumatique

Le pneumatique assure la liaison entre le tracteur et le sol. Il est constitué de plusieurs éléments :

Deux catégories de pneu cohabitent sur le marché, les structures diagonales ou radiales
Deux catégories de pneu cohabitent sur le marché, les structures diagonales ou radiales

1) Le pneu à structure diagonale a une forme arrondie. Il est plutôt destiné à des travaux de transport à vitesse réduite. La bande de roulement étant solidaire du flanc, ce type de pneu offre une bonne stabilité latérale. Par contre la répartition de la charge n’est pas optimale, il est donc moins adapté aux travaux de labour.

2) Développé par Michelin dans les années 1970, le pneu à structure radiale est plutôt de forme carré, il est plus polyvalent. Les flancs et la bande de roulement travaillent de façon indépendante. La répartition de la charge se trouve optimisée, générant moins de phénomène de tassement.

Pneumatique basse pression photo Loïc Pasdois

Fréquemment utilisé en grande culture, le pneumatique basse pression se démocratise sur les machines à vendanger et les tracteurs fruitiers. Ce type de pneumatique a la particularité d’avoir un grand volume d’air, essentiellement grâce à une bande de roulement de largeur plus importante. Il est ainsi possible de supporter des charges importantes à des pressions modérées, diminuant ainsi la pression au sol et donc les phénomènes de tassement et d’orniérage.

Le train chenilles est une autre alternative limitant les phénomènes de compaction des sols. Des constructeurs, comme Track Equipement, proposent des solutions techniques innovantes adaptables sur de nombreux modèles de tracteurs. En effet, la hauteur du tracteur et son dégagement au sol restent identiques donc pas de changements au niveau de l’attelage des outils. Seules des brides sont ajoutées, mais elles peuvent être facilement enlevées. Au démontage des chenilles, le tracteur retrouve sa configuration d'origine.

En ce qui concerne l’entretien, selon le principe de fabrication, il se résume à un simple nettoyage puis graissage régulier.

Comment lire le marquage d’un pneumatique ?

13.6

Grosseur du boudin (en pouces)

R

Pneu de type Radial

28

Diamètre de la jante (en pouces)

SUPER VIGNE

Type de structure

123

Indice de capacité de charge

A8

Symbole de vitesse