[Aller au menu]

Poste de conduite

photo

Le poste de conduite a fortement évolué depuis quelques années. Il offre d'avantage de confort grâce au développement de l'ergonomie. Les sièges sont plus confortables avec le développement de suspensions pneumatiques. De plus, les automatismes d'aide à la conduite se généralisent dans les tracteurs de forte puissance. Ils apparaissent aussi chez certains constructeurs de tracteurs enjambeurs. Enfin, laprotection de l'opérateur est optimisée avec l'apparotion de système plus performant. Lors de l'achat d'un tracteur, il est nécessaire de clairement définir les travaux à réaliser afin de choisir précisément les éléments indispensables au poste de conduite.

Ecran caméra photo L. Pasdois CA33

I. Electronique embarquée

1) Ecran

Cet accessoire devient un élément indispensable du poste de conduite. Il est tactile chez certain constructeur de tracteur standard. Il fournit de nombreuses informations, aide à la conduite et facilite la traçabilité des opérations réalisées à la parcelle. Des fournisseurs d’accessoires proposent des écrans adaptables sur les tracteurs spécialisés. Cette technologie devrait être disponible de série avec l’apparition de tracteur vignerons de nouvelle génération (répondant à la norme antipollution stage IV).

Joystick photo L. Pasdois CA33

2) Joystick

Le développement de l’électronique embarqué offre de nombreuses perspectives. Les commandes se trouvent centralisées sur un joystick. Il est ainsi possible de piloter l’avancement du tracteur ainsi que des fonctions hydrauliques depuis une commande unique. Le développement de transmission hydrostatique ou à variation continue facilite l’intégration de fonction supplémentaire sur le joystick (gestion du relevage des outils et commande de distributeurs hydrauliques).

Tableau de bord photo L. Pasdois CA33

3) Electronique embarquée

Technologie largement présente sur les tracteurs standards, elle peine à intégrer les tracteurs spécialisés. Pourtant l’électronique embarquée permet d’envisager la conduite de manière différente. Qu’il s’agisse d’aide à la conduite, plus ou moins performante selon la technologie utilisée (capteur optique, à ultrason, système GPS, etc.). Ou tout simplement en fournissant des informations telles que la consommation instantanée de carburant, le débit de chantier / ha, ou la gestion temporisée des distributeurs hydrauliques.

II. Système de filtration

1) Conception du système de filtration

En fonction de la spécificité du système de filtration, les pièces constitutives diffèrent d'un système à l'autre. Pour obtenir un niveau de filtration maximal, le dispositif doit être conçu de la manière suivante :

  • Un préfiltre à grosses particules constitué de papier, laine de verre, mousse, placé en amont du dispositif d'épuration. Il protège des poussières.

  • Un filtre anti-aérosol de très haute efficacité ((type P3). La norme NF U O3-024-1 garantit ses performances.
  • Un filtre antigaz à charbon actif classe A, en aval du filtre anti-aérosols, pour compenser une éventuelle évaporation du produit retenu par ce filtre.

2) Etanchéité et pressurisation

Cette notion est importante, elle permet de limiter l'introduction de polluants par des ouvertures non destinées à la ventilation. L'étanchéité d'une cabine est difficile à obtenir à cause des nombreux passages de câbles. Une classification permet de déterminer différents niveaux de filtration allant de 1 à 4.

  • Niveau 1 : la cabine n'offre aucune protection
  • Niveau 2 : La filtration protège l'opérateur des poussières
  • Niveau 3 : La filtration est supérieure au niveau 2 en protégeant l'opérateur des aérosols
  • Niveau 4 : la filtration est supérieure au niveau 3 en protégeant l'opérateur des gaz

Le plus haut niveau de protection (niveau 4) impose une suppression minimum de 20 Pascals ou 0,2 millibars. Il est, pour l'instant, uniquement disponible sur certains tracteurs enjambeurs et machines à vendanger.

3) Entretien

Le maintien des performances du dispositif de filtration nécessite un entretien régulier.

  • Le filtre anti-poussières doit-être nettoyé régulièrement et remplacé selon les recommandations du fabricant.
  • L’utilisation d’une cartouche à charbon actif peut s’envisager de manière différente. Soit elle est retirée entre chaque traitement, soit elle reste en place.La première solution évite une saturation trop rapide de l’élément filtrant. Attention, les montages et démontages successifs peuvent dégrader les joints, favoriser les passages préférentiels de l'air et dégrader l'efficacité de la filtration. Lorsque la cartouche est démontée, elle doit être conservée dans un emballage hermétique, en dehors des zones de stockage des produits phytosanitaires, selon les mêmes règles que les cartouches de masque respiratoire.En l'absence d'information plus précise du fabricant, renouveler la cartouche chaque année.

 

L'entretien de la cabine et son système de filtration
Afin de garantir un confort de travail optimal, la cabine et ses composants doivent être maintenue en bon état. Il est important de :
- contrôler fréquemment l'état des joints des portes et des fenêtres. Les remplacer lorsqu’ils ne jouent plus leur rôle.
- entretenir la climatisation régulièrement, en respectant les préconisations constructeurs. Surtout en ce qui concerne l'entretien de l'évaporateur et du condensateur. Les opérations de contrôle de la charge de liquide, du niveau d'huile dans le compresseur, et du remplacement du filtre du déshydrateur doivent être confiées à un personnel averti et équipé.

Climatisation photo Loïc Pasdois CA33

III. Climatisation

Elément indispensable d’une cabine, la climatisation doit être entretenue afin de tempérer l'enceinte de la cabine en quelques minutes. L’écart de température entre l’intérieur et l’extérieur doit être contrôlable. Il est important de ne pas de diriger les courants d'air froids vers le conducteur pour protéger sa santé.