[Aller au menu]

Inox et détartrage

L’état d’usure des surfaces est à prendre en considération pour la procédure mise en place, copyright MatéVi
L’état d’usure des surfaces est à prendre en considération pour la procédure mise en place.

L’entartrage d’une surface en acier inoxydable (inox) dépend du type de finition. La finition glacé de laminage à froid décapé (codifiée 2B) est la plus couramment utilisée. Le recuit brillant (codifié 2RB), dont la rugosité est plus faible, limite l’accrochage du tartre par rapport à la finition 2B. C’est la surface électropolie qui présente la plus faible aptitude à l’entartrage, mais présente un investissement bien supérieur, qui peut « se récupérer » à long terme.

 La nature des soudures (cordon de soudure) a une incidence sur l’aptitude à l’entartrage : il est plus important pour une soudure brute (décapée ou non) que sur soudure polie ou meulée.

Enfin, quel que soit le matériau, l’état d’usure change considérablement l’aptitude à l’entartrage ; il concerne les surfaces (paroi de la cuve, porte de décuvage,..), mais également les joints (photo ci-contre).