[Aller au menu]

Quel est le but du prétraitement et quel type de traitement choisir ?

Prétraitement des effluents vinicoles
Les effluents de chais contiennent des particules solides constituées par les rafles, les feuilles, les baies, les pépins, les particules de terre et les cristaux de tartre. Outre la pollution que constituent ces éléments, ils représentent un risque de colmatage des installations et doivent donc être éliminés avant d'envoyer les effluents dans le système de traitement. Le prétraitement des effluents permet également d'optimiser la procédure de traitement. Il consiste en un dégrillage et/ou une décantation.

Dégrillage

Elément de choix
Le dispositif de dégrillage doit être adapté au débit et à la quantité de matières solides à retenir. En fonction de l'importance de ces 2 paramètres, le choix du dégrilleur peut s'orienter vers des dégrilleurs statiques (paniers dégrilleurs) pour des débits faibles d'effluents peu chargés ou vers des dégrilleurs automatiques pour des débits élevés d'effluents fortement chargés. Pour des dégrillages très fins (inférieurs à 2 mm), il est préférable d'utiliser des dégrilleurs automatiques car les paniers dégrilleurs se colmatent très rapidement avec ce type de maille. 

Dans de nombreux cas, des paniers dégrilleurs suffisent pour retenir les particules solides, surtout lorsque les caniveaux ou les siphons du chai sont équipés de grilles ou de petits dégrilleurs.

Traitement des effluents vinicoles - Dégrillage, éléments de choix © Alain Desenne CA33
Dégrilleur statique incliné © photo Frédérique Priou CA33
Dégrilleur statique incliné
Dégrilleur autonettoyant à chaîne continue © photo Frédérique Priou CA33
Dégrilleur autonettoyant à chaîne continue
Dégrilleur rotatif © photo Frédérique Priou CA33
Dégrilleur rotatif

Décantation

Dans le bac de décantation, les éléments solides se déposent sous l'effet de la gravité. Ces installations doivent être nettoyées régulièrement. Dans le cas des effluents de chai, on considère que les bacs de décantation ne sont utiles que pour piéger les particules lourdes (terre des roues de la machine à vendanger, adjuvants de filtration non récupérés lors du lavage...).

Traitement des effluents vinicoles, exemple de système de dégrillage et décantation © Alain Desenne CA33
Exemple de système de dégrillage et décantation
Décanteur © photo Frédérique Priou CA33
Décanteur

 

Traitements des effluents vinicoles

Il est souvent difficile pour les viticulteurs de choisir parmi les différents modes de traitement possibles. Ils sont pour la plupart basés sur la dégradation de la matière organique par des micro-organismes et permettent d'atteindre les normes de rejet imposées par la réglementation.
Le choix ne doit pas se baser uniquement sur le prix d’achat mais doit résulter d’une réflexion qui prend en compte d’autres paramètres comme la situation géographique du chai (présence d'habitations à proximité du chai), la proximité du réseau d'assainissement communal, la place disponible pour l'installation du dispositif de traitement, les contraintes esthétiques, la possibilité de disposer de terres non viticoles et les coûts de fonctionnement. 

Traitement des effluents vinicoles, diagramme d'aide à la décision (d'après E. Proffit, 2000)